La France ne lâchera jamais le Liban

21 photos

Type
Rencontre
Date
06/05/2021

Excellence Monsieur le ministre, cher Monsieur Le Drian,
Je me fais la joie de vous accueillir au sein de notre établissement scolaire, d’identité libanaise francophone, activement et bien fièrement engagé dans les valeurs de la francophonie. Une joie cependant impossible à séparer de la peine éprouvée à vous recevoir au cœur même d’un chantier toujours non terminé et généré par les innombrables dégâts que la double explosion du 04 août 2020 a faits dans tous nos bâtiments. Cette situation est celle-ci-même de tout un pays, notre Liban qui cherche à se relever et qui, en dépit de la volonté tenace de son peuple, reste ployé sous l’énorme poids des désastres successifs. Notre combat est bien comparable, Monsieur le ministre, à celui de Sisyphe contre les dieux de l’Olympe, cruels et inconscients, ou peut-être contre son propre rocher, obstiné et aveugle. Mais Camus ne dit-il pas qu’il faut bien « imaginer Sisyphe heureux » ?
Nous sommes heureux, Monsieur le ministre, de vous accueillir à Sioufi, qui avait autrefois abrité un contingent français au cours de la Seconde Guerre mondiale, établissement scolaire fils de la congrégation des Sœurs des Saints-Cœurs de Jésus et de Marie qui, depuis sa fondation par deux pères jésuites, est au service de l’éducation, tant celle des filles, à l’origine, lesquelles n’y avaient pas le droit, qu’à celle, ultérieurement, de l’égalité entre filles et garçons, saluée comme une grande cause par le ministère de l’Éducation Française. Dans ce sillage, ce sont bien le français, la francophonie et la France elle-même qui auront été le levain des valeurs humaines des enseignements inculqués, enseignements fortement empreints de la culture des droits de l’Homme, de la Personne et du Citoyen.
Nous sommes heureux, Monsieur le ministre, de voir, par ailleurs, en votre présence aujourd’hui la preuve indéniable et jamais démentie de l’amitié et du soutien indéfectibles de la France à notre égard. Comment ne pas nous rappeler, dans ce sillage même, vos propres mots, lorsque vous avez dit aux lendemains du cataclysme : « L’éducation, dont nombre de participants ont souligné le rôle dans le modèle libanais, restera au cœur de notre engagement. Car l’enjeu est celui de la jeunesse libanaise et, à travers elle, c’est l’enjeu de l’avenir du pays. […]. Nous savons que le Liban peut compter sur des Libanaises et des Libanais de valeur au sein de la société civile, qui ont à cœur de travailler sincèrement à l’édification du Liban de demain. Nous entendons donc travailler avec ceux qui portent l’espoir et l’avenir de ce pays, et nous ne ménagerons pas nos efforts à cette fin ». Les jeunes Libanais et Libanaises, pour leur part, sont nos élèves, nos étudiants que nous n’avons de cesse de former académiquement, civiquement, culturellement, moralement pour qu’ils deviennent les citoyens du Nouveau Liban que nous appelons tous de nos vœux et qu’ils remplissent pleinement leur rôle de génération de la relève. Celle d’un avenir meilleur à tous les niveaux et pour lequel nous œuvrons au présent même. Car, ce n’est pas le passé, mais bien le présent qui fait advenir le futur tel que nous le souhaitons.
J’aimerais saisir cette occasion pour vous remercier, Monsieur le ministre, et à travers vous le Président français, Monsieur Emmanuel Macron, ainsi que la France tout entière d’être là à nos côtés, aux côtés de notre pays, de notre peuple et, plus particulièrement, aux côtés du secteur scolaire qui n’a pas fini de payer bien trop cher le tribut de tant d’années difficiles, couplées, depuis 2019, à une crise économique et financière sans précédent dans notre Histoire, à la crise sanitaire de la COVID-19 et rendues encore plus tragiques depuis le sinistre 04 août 2020. Grâce aux bourses d’aide sociale accordées par la France, 232 élèves parmi nos effectifs ont pu poursuivre leurs études scolaires. De même, grâce aux subventions, le collège a pu honorer ses engagements de rétribution auprès de ses enseignants, lesquels ont fait preuve d’un sens de l’appartenance exemplaire et d’une solidarité infaillible. Grâce à ces mêmes subventions, le collège n’est pas tombé en ruines, hébété par sa propre impuissance face au tragique de la situation. Voici sa façade redevenue blanche, fière de vous sourire, et sa tour fière elle aussi d’être restée debout.
Merci donc, Monsieur le ministre, d’être là à nos côtés, pour que ni la violence ni le chaos ne puissent jamais prendre le dessus et que nos jeunes éprouvent à nouveau, en leur être même, l’idéal patriotique libanais qui les engagera à devenir des hommes et des femmes debout, ensemble pour le Liban, mais aussi dans le monde et avec le monde.


« Éclats de Beyrouth »
Toile du port de Beyrouth offerte par la peintre Mireille Dabaghian en remerciement à Mr Le Drian pour le soutien de la France

© Copyright © 2021 Soeurs des Saints-Coeurs Sioufi All rights reserved Developed by Digital Mirror.